• 658 visits
  • 19 articles
  • 161 hearts
  • 238 comments

Bonjour 08/03/2012

Bonjour
Bonjour
Je suis répertorié ici

Newletters 08/03/2012


Les prévenus* :

histoire-x-bella
Fiction-famille-Blanca
xx-mOi-du-86-xx
Watsonette
Story-by-ninou9582
Caam-Thilde
JesouffrexEnsilence
2-december
bibiche-loveserie
Gw3nd0line






* Pour être prévenue de la mise en ligne des prochains chapitres, il suffit de me le demander par commentaire

08/03/2012



Comment décrire ce sentiment ? Celui qu'on appelle l'amour, celui qui nous fait douter de tout, qui nous tord l'estomac, qui fait battre notre c½ur. Oui... Comment le décrire ? Il n'y a pas de définition particulière, ça nous tombe dessus sans qu'on s'y attende et retourne notre vie. L'amour peut nous faire commettre bien des folies, il peut se créer dans n'importes quelles circonstances. C'est le cas de Tessa et Audran, deux adolescents, deux mêmes personnalités. Il a suffit de quelques conversations ainsi que de quelques photos et cupidon à tout changer. S'aimer oui, mais quand plusieurs kilomètres les séparent comment la passion peut-elle survivre ? Quel est le prix à payer pour pouvoir s'aimer ?

10/03/2012


Cher journal,

Nous sommes le 1er Janvier 2012. Cette date que j'ai redouté depuis longtemps... Commencer une nouvelle année, se dire que cette fois tout ira pour le mieux, rire, s'embrasser, oublier... Pour certaines personnes, cela représente beaucoup. Pour moi, rien. A quoi bon prendre ces fichus résolutions qu'on ne tiendra jamais ? A quoi bon penser que tout sera meilleur ? Les gens sont chétifs. Quand notre vie est construite dans le malheur, on y reste, on se bat et on ne souhaite pas que cela change. Mais que dis-je, n'est-ce pas ce que j'espérais il n'y a pas si longtemps ? Oui, j'ai espéré, mais maintenant c'est fini. On dit souvent que l'espoir fait vivre. J'y croyais, mais c'est fini. A quoi bon croire des niaiseries inutiles ? Aujourd'hui, ma famille vient. Je serais enfin avec ma cousine, elle m'a tellement manqué ! Elle seule et Madyson, ma meilleure amie, connaissent mon secret. Un secret que personne ne pourrait croire mais qui pourtant fait partit de moi. Je l'écrirais. Oui, un jour... Une fois prête, je partagerais ma vie. Celle que mon secret contrôle. Je dévoilerais tout et enfin, je serais libre.


Tessa referma son journal et le cacha sous son matelas. Ecrire sa vie sur du papier ne lui était jamais venu à l'esprit. Pourtant, c'était un cadeau de Madyson et elle devait l'utiliser. Peut être qu'au fond, ça l'aiderait ? Elle se sentirait peut être plus libre ? Soupirant fortement, elle passa la main dans ses cheveux puis se leva. Elle n'avait pas le temps de paresser. Tessa fit son lit, ouvris ses volets, enfila sa robe de chambre et sortit. Comme chaque Dimanche matin, la maison était silencieuse. Seul le bruit des voitures qui passaient dans la rue brisait le calme de la demeure. Il faisait sombre quand Tessa arriva en bas alors elle alla ouvrir les volets, veillant à ne réveiller personne. La jeune fille aimait se réveiller la première car elle pouvait avoir le loisir de contempler la ville qui se réveillait et de voir également le soleil se lever. Pour beaucoup, cela ne représenterait rien, mais pour elle c'était un spectacle intéressant. Elle ferma la fenêtre puis se dirigea dans la cuisine où elle se prépara un bol de lait avait deux tranche de pain grillées. Chantonnant doucement, elle fit chauffer son bol et tartina de beurre les tranches de pain. Elle s'assit devant le plan de travail et entama son petit déjeuner. Elle trouvait que sa vie était beaucoup trop routinière, qu'il fallait qu'elle change tout cela. Mais par où commencer ? Elle avait tellement de chose à changer... Mardi, elle rentrait au lycée. Ça pourrait être un moyen comme un autre pour essayer de changer. Par exemple, elle pourrait s'intéresser davantage aux garçons. Certes, cela faisait déjà cinq mois qu'elle y était, mais c'était comme si elle n'y était pas vraiment. Elle se sentait différente de tous ceux qui l'entouraient. Au fond, elle l'était. Toujours plongée dans ses pensées, elle ne remarquait personne, seules Madyson et Alya savaient la reprendre en main.
Secouant la tête, Tessa revint à la réalité. Elle lava sa vaisselle puis contempla le jardin par la fenêtre. Elle avait pris sa décision. A la rentrée, elle changerait. Du moins elle ferait un effort, elle devait montrer qu'elle était comme tout le monde. Se redressant, un sourire étira ses lèvres tandis qu'une lueur de fierté brillait dans ses yeux. Tout compte fait elle allait prendre quelques résolutions.
« Tessa ? L'interrogea sa s½ur, Odelia.
-Hum ?
-J'attends.
-Tu attends quoi ? Demanda l'adolescente agacée.
-Que tu me dises bonjour. »
Tessa se retourna, dévisagea sa s½ur et en passant prêt d'elle lui murmura un faible bonjour avant de monter dans sa chambre. Elle se vêtit d'un jean et d'un pull bleu clair, enfila rapidement le collier que ses parents lui avaient offert et courut dans la salle de bain. Elle mit une petite quantité de rouge à lèvre, mouilla ses cheveux pour redessiner ses boucles anglaises, puis repartit dans sa chambre où elle s'y enferma. Tessa aimait les vacances, c'était le seul moment où elle pouvait enfin décompresser, penser à autre chose qu'aux cours... De ces deux semaines, elle n'avait pas pu voir Madyson car elle était partie chez sa mère et Alya parce qu'elle ne prenait pas de nouvelles, comme d'habitude. Soupirant, l'adolescente prit son téléphone et composa un numéro qu'elle connaissait par c½ur. Il y eu trois tonalité, qui semblèrent une éternité pour Tessa, avant que son interlocutrice décroche.
« Tess ! Ma chérie ! Comment vas-tu ? S'écria Madyson.
-Bien et toi ?
-Très bien, comme j'ai hâte de te voir !
-Moi aussi, tu me manque, tu sais ?
-Toi également. Au fait bonne année !
-Zut, j'avais oublié. Bonne année à toi aussi Mady ! Dis, je t'appelais pour savoir si tu serais d'accord si on se faisait une virée shopping avec Alya Lundi ?
-Tess, tu sais toujours que quand il s'agit de faire les magasins je suis toujours la première partante, répondit Madyson en rigolant.
-Bien sûr, tu es trop prévisible.
-Toujours ma belle ! Excuse-moi, je dois y aller. A demain, je me charge de prévenir Alya.
-Très bien, à demain Mady.
-A demain Tess. »
Tessa raccrocha puis soupira, elle détestait la solitude. Pourtant par moment elle ne réclamait que ça, mais là elle avait envie d'être avec Alya et Mady, de pouvoir les serrer dans ses bras et leur offrir leurs cadeaux de noël. Tant pis, pour s'occuper elle réviserait. Elle sortit quelques cahiers et commença ses révisons. Le temps passa sans qu'elle ne s'en rende compte. C'était comme si elle était mise sur pause mais que le monde continuait de bouger autour d'elle. La porte de sa chambre s'ouvrit mais elle n'entendit rien, alors quand une voix s'éleva dans la pièce, elle sauta de son lit et son c½ur fit un rater.
« Bon sang ! Maena mais tu es folle ! Tu m'as fait une peur bleu ! S'écria-t-elle en sautant dans les bras de sa cousine. Comme tu m'as manqué ! Ça fait tellement longtemps...
-Oh oui... Toi aussi tu m'as manqué Tess. Toujours en train de potasser à ce que je constate ?
-Toujours...
-Tu es impossible... Je ne sais vraiment pas comment tu arrives à supporter cela. Tu devrais sortir avec des amis, draguer les garçons. A ton âge c'est ce qu'on fait !
-Maena, je ne suis pas comme toi.
-Comment ça comme moi ? Bien sûr que non ! Je suis beaucoup trop exceptionnel.
-Vantarde va ! Lui dit Tessa en lui tirant la langue.
-Peut être, mais moi au moins je vis ma vie pleinement. Tu devrais profiter de ce que la vie t'offre, Tessa, au lieu de te cacher dans tous ces bouquins. Vis !
-Mais comment veux-tu que je m'y prenne ?
-Pour commencer, tu vas t'inscrire sur un site absolument génial où tu peux faire des rencontres. Tu vas voir ça va te décoincer totalement ! »
Tessa poussa un long soupire et secoua la tête en riant.
« Décidément Maena, le temps à passer mais tu n'as pas changé.
-Et non Tess... Je suis la seule et l'unique ! Allez enlèves moi tous ces cahiers ça m'en donne le tournis et donne moi ton ordinateur.
-Très bien... De toute manière tu ne changeras pas d'avis...
-Moi ? Mais tu me connais parfaitement ma Tessa chérie. »
Alors elles rirent en c½ur. Tessa regarda sa cousine taper sur le clavier de son ordinateur et elle pensa que Maena, n'avait pas tord. La vie était trop courte pour se lamenter, il valait mieux en profiter du mieux qu'on pouvait. C'était une certitude désormais.

19/03/2012


Les murs de la chambre étaient entièrement bleus. Un bureau en bois blanc était placé dans un coin. Un ordinateur, un pot à crayons et quelques cahiers étaient posés dessus. Une armoire ornait également la pièce ainsi qu'un lit qui se trouvait à l'opposé, au milieu de la pièce. A droite du lit se trouvait une fenêtre dont les rideaux tirés laissaient s'infiltrer un peu de lumière. Dans le lit, une personne s'agita avant d'ouvrir les yeux en baillant. Le téléphone portable qui était posé sur la table de chevet se mit à vibrer. Tâtonnant légèrement, l'adolescent l'attrapa et décrocha.
« Allô ? Dit-il d'une voix ensommeillée.
-Mec ne me dit pas que tu dormais !
-Qu'est-ce que tu veux Chad ?
-Et ne me dit pas que tu as oublié ?! On devait se retrouver pour jouer aujourd'hui.
-Oh merde ! J'avais complètement oublié. J'arrive dans...
-Pas la peine. Dans dix minutes je viens te chercher et si tu n'es pas prêt, je te conseille de courir, OK ?
-Mouais... Je serais prêt.
-Tu as intérêt, oui ! »
Le jeune homme raccrocha, se leva et fonça devant son armoire. Il prit un jean et un t-shirt noir qu'il enfila rapidement puis descendit avaler une barre de céréales. Il alla dans la salle de bain se brosser les dents et se coiffer. Trois coups retentirent à la porte.
« Audran ! Sort ! Gronda sa s½ur.
-Tina la salle de bain est prise.
-Mais j'ai besoin d'y aller !
-Moi aussi, alors tu attends un peu s'il-te-plaît.
- Tu es exaspérant... »
Il ouvrit la porte et sortit, sa s½ur le dévisagea et lui tira la langue avant de rentrer dans la salle de bain et de s'y enfermer. Audran secoua la tête en riant.
« Ne prends pas toute l'eau chaude, hein ? Lui dit-il pendant qu'il rejoignait sa chambre.
-La ferme Audran ! » L'entendit-elle répondre.
C'est en riant qu'il fit son lit et ouvrit les volets. Il faisait froid. Alors, refermant sa fenêtre, il enfila une veste noir, descendit en bas et sortit. Chad venait juste d'arriver, alors Audran se mit à courir pour le rejoindre.
« Pardonne-moi. S'excusa-t-il.
-Te pardonner ? Mais tu rêves ! Je ne vois qu'un seul moyen de réparer cette trahison. Tu nous payes une pizza.
-OK. C'est comme tu veux.
-Et une grosse, hein ?
-D'accord, déclara le jeune homme en riant.
-Avec des olives ?
-Oui.
-Et beaucoup de fromages ?
-Oui.
-Ainsi que de la sauce piquante ?
-Bon Chad t'es barbant là.
-Ok, Ok. Je me tais, déclara son ami.
-Merci... »
Alors ils marchèrent en silence et Audran pensa à Mardi. Reprendre les cours ne le dérangeait pas, ça l'occuperait. Il pourrait prendre tout le temps de faire ses devoirs et réviser, il recommencerait sa routine habituelle. Depuis toujours, il était quelqu'un de peu sociable et n'arrivait presque jamais à s'intégrer dans la société. Il se sentait différent des autres, il n'avait pas les mêmes passions qu'eux, ni les mêmes sujets de conversation ou encore les mêmes centres d'intérêts. Il n'avait eu que deux relations sérieuses et d'autres qui l'étaient moins, pourtant elles avaient toutes été des échecs. Il aimait jouer de la guitare, son père lui avait appris quand il était plus petit. Depuis, il ne vivait qu'avec la musique, jouant dès qu'il en avait la possibilité. Quand il entamait les premières notes, c'était comme s'il était ensorcelé, il ne voulait plus s'arrêter et continuer de jouer encore et encore. Il avait perdu son père à l'âge de huit ans. Ça avait été une étape plutôt dure et horrible de sa vie. Il avait perdu espoir, mais sans en connaître la raison, avait relevé la tête et sourit.
« Dis-moi, c'est quand que tu comptes t'intéresser aux filles ? Lui demanda Chad.
-Sans doute jamais.
-Sur ce point là, je ne te comprends pas. Comment fais-tu pour rester zen devant toutes ces belles filles ?
-Elles sont inintéressante Chad, elles n'ont que du plomb dans la cervelle. Le jour où je m'intéresserais de nouveau à quelqu'un, il neigera.
-Mais que leurs reproches-tu exactement ?
-Elles ne sont pas comme moi, déclara Audran en s'arrêtant et en le regardant droit dans les yeux. Je veux une fille qui me comprenne, qui me connaisse vraiment, qui est les mêmes centres d'intérêt que moi. En fait, tout ce que les filles d'ici n'ont pas.
-Pourquoi n'irais-tu pas chercher ailleurs ?
-C'est-à-dire ?
-Et bien... En t'inscrivant sur un site pour nouer des amitiés par exemples. J'en connais un génial !
-Chad... Je ne suis...
-Non, non ! Pas la peine de refuser, je vais t'inscrire, point barre. D'ailleurs je vais le faire tout de suite, j'ai internet sur mon téléphone. »
Alors Chad sortit son téléphone et l'inscrivit sur le site de rencontre, sous le regard désespéré d'Audran.

23/03/2012


« Hum... Pour ce qui est de ton prénom et bien... Tessa conviendra très bien. Ensuite, ton âge. Euh... seize ans, dit Maena.
-Non ! S'écria Tessa. Dis que j'ai, voyons voir... Hum, Dix-huit ans ?
-OK, comme tu veux. Bon, pour ta photo on attendra. Tu fais quoi demain ?
-On va faire une virée magasins avec Madyson et Alya.
-Vraiment ? Je peux venir ?
-Bien sûr, tu peux dormir à la maison même.
-Ça ira, je viendrais te chercher à neuf heures tapantes et on ira chercher tes amis, ça te vas ?
-Oui, on fait comme ça.
-Parfait ! Comme ça j'en profiterais pour t'emmener chez le coiffeur. Il faut tout changer là.
-Maena...
-Non, non, non ! Tu te tais et tu me laisses faire. »
Alors Maena éteint l'ordinateur et le rendit à sa cousine, puis elle ouvrit l'armoire, balança tout les habits sur le lit et se tourna vers Tessa.
-Maintenant nous allons vendre tout ça.
-Quoi ? Mais tu es totalement folle !
-Non, réaliste. Ma mission est de te faire changer de vie, et je vais réussir, crois-moi.
-Maena, je t'interdis de vendre ces vêtements.
-Je me fiche de ton avis, je vais les vendre et nous allons te relooker de la tête aux pieds. Bon sang, regarde-toi Tess !
La jeune fille la plaça devant son miroir et Tessa se regarda enfin. Elle faisait un mètre soixante-huit, avait la peau bronzé, les yeux bleus-gris, des lèvres parfaitement dessinées et rosées. Elle avait de longs cheveux noirs et bouclés, qui étaient très épais. Elle était aussi un peu enrobée, mais elle se fichait de son apparence.
« Dorénavant, tu vas me faire le plaisir de manger équilibré et de faire plus de sport et puis...
-Es-tu en train d'insinuer que je suis grosse ?
-Non pas vraiment, mais tu devrais arrêter de manger des cochonneries. Pour avoir une vie saine, il faut manger équilibré. C'est toujours ce que je me répète avant de manger ces horribles poireaux que cuisine ma mère, répondit Maena en riant.
-Bon d'accord, j'essaierais de faire attention, répondit Tessa.
-Ensuite, je te dicterais comment profiter de ta jeunesse, c'est OK ?
-Est-ce que j'ai le choix de toute façon ?
-Non, alors c'est parti ! Mettons tous ces vieux vêtements sur internet, je vais les mettre en photo sur mon site. Tu vas voir, ça va partir comme des petits pains...
-Si tu le dis... »
Alors elles passèrent toute la journée à photographier les vêtements posés sur le lit et à les vendre. Quand la nuit arriva, il ne restait plus rien.

De son côté, Audran était avec ses amis, transporté par la musique qu'ils étaient en train de composer. Les notes étaient telles de la magie, envoutante, irrévocablement attirante, ils ne pouvaient s'arrêter de jouer. Alors il commença à chanter, laissant ses émotions prendre le dessus ainsi que sa passion. Il eu tout de suite l'impression de s'envoler, loin de la ville, de la vie, il allait au paradis. Sa voix résonnait contre les murs du garage de Chad. Personne ne pouvait les entendre, sauf sa petite s½ur qui les regardaient jouer, où plutôt qui était fasciné par Audran. Il accéléra le rythme de ses doigts contre les cordes et accentua le son de sa voix en souriant. Mon dieu qu'il aimait ça ! C'était fascinant ! Ses membres vibraient d'adoration. Cette sensation exceptionnel dura pendant toute la chanson, quand il arrêta, il se sentit bien, tellement bien qu'il était sur un petit nuage.
« Je suis désolé, je dois y aller. On se voit Lundi. Bye ! Cria Audran, en sortant du garage.
-Et merci pour la pizza ! Lui lança Chad.
-Je te l'avais promis. »
Alors il continua sa route, ses écouteurs dans les oreilles, diffusant en boucle la chanson qu'ils venaient de terminer. Elle était parfaite !
Quand il rentra chez lui, il alla directement prendre sa douche, enfila un caleçon avec un t-shirt puis descendit manger. Il aida sa mère à laver les plats puis il monta dans sa chambre. Il rangea sa guitare dans son coin habituel, prit ses cahiers et révisa pendant une heure. La fatigue le gagnant, il rangea ses affaires, tira ses rideaux, se mit sous sa couette et éteignit la lumière. Il s'endormit presque aussitôt.

04/04/2012



« Debout tout le monde ! Cria une femme en rentrant dans la chambre de sa fille.
-Maman ! Je dors ! Bougonna Tessa en cachant sa tête dans son oreiller.
-C'est justement ça le problème. De toute façon, tu n'as pas à discuter. Si je ne me trompe pas, c'est bien toi hier qui m'as demandé de te lever à sept heures ?
-Je n'imaginais pas me coucher si tard...
-Il faut assumer jeune fille... »
Puis la porte se referma. Tessa sortit de son lit en poussant plusieurs jurons et s'étira en baillant fortement. Pourquoi avait-elle eu cette idée ? Il fallait être dingue pour vouloir se lever à une telle heure ! De toute manière, maintenant qu'elle était debout, il fallait assumer.
Cinq minutes plus tard, Tessa descendait l'escalier vêtu d'un short blanc, d'un vieux t-shirt, d'un sweat-shirt et avait rassemblé ses cheveux en queue de cheval. Abigail, sa mère, qui était entrain de préparer le petit déjeuner la regarda passer avec surprise.
« Mais... Où vas-tu ? Lui demanda-t-elle.
-Courir !
-C'est nouveau ça ?
-Oui ! Il faut que je bouge. Conseil de Maena ! »
Puis Tessa sortit en claquant la porte. Elle commença à marcher puis se mit à descendre la rue en courant. Elle alla tout d'abord doucement, puis accéléra le rythme. L'adrénaline nourrissait la plupart de ses membres, son c½ur accélérait. Mais elle aimait cette sensation, ça faisait un bien fou. Le froid lui giflait le visage mais elle s'en fichait, ce n'était qu'un détail.
Elle continua ainsi pendant plus de vingt minutes puis, n'en pouvant plus, elle revint chez elle en marchant. Le chant des oiseaux sonnait à ses oreilles comme une mélodie. Depuis toujours elle aimait la musique. D'ailleurs ses parents lui avaient appris à jouer du piano très tôt. A sept ans elle était déjà très douée. Quand elle jouait, c'était comme si son âme quittait son corps. Elle s'évaporait dans un autre monde, plus rien n'existait si ce n'est la musique et ce qu'elle lui inspirait. Elle ne voulait jamais s'arrêter mais continuer encore et encore, faire vivre cet instant à jamais...
Elle rentra dans la maison en souriant. Elle fila dans la cuisine, se prépara un bol de céréales qu'elle engloutit rapidement puis couru dans la salle de bain avant qu'Odelia n'y aille. Elle se brossa énergiquement les dents, se doucha, s'habilla avec la seule tenue qui lui restait puis se lissa les cheveux tant bien que mal.
« Tessa ! L'appela sa mère.
-Oui ?
-Maena est en bas, elle t'attend.
-Ah crotte, chuchota-t-elle pour pas qu'elle ne l'entende. Dis lui que j'arrive ! »
Elle débrancha son fer à lisser, couru dans sa prendre sa veste et mettre ses bottes. Puis elle descendit en trombe l'escalier et couru dans l'entrée. Sa cousine se tenait contre le mur, la regardant avec une lueur malicieuse et un grand sourire aux lèvres.
« Tante Abigail, regarde la bien parce que ce soir, ce sera une jeune fille transformé ! S'écria-t-elle en sortant dehors.
-Ne rentre pas trop tard Tessa...
-Ne t'inquiète pas maman, je serais là pour dîner. »

Elles arrivèrent au centre commercial une demi-heure plus tard, jacassant sans pouvoir s'arrêter.
« Bon, si j'ai bien compris, aujourd'hui nous transformons Tessa ? Demanda Madyson.
-Tu as tout compris ma belle, acquiesça Maena.
-C'est étonnant que tu es accepté une chose pareil, Tess...
-Je n'ai pas vraiment eu le choix, avoua cette dernière. Maena, a vendu tous mes vêtements.
-Vraiment ? S'exclama Alya.
-Oui, il faut qu'elle change, qu'elle profite de sa jeunesse. Elle ne peut pas finir vieille et seule ! Ce serait beaucoup trop tragique. »
Elles rirent en c½ur en rentrant chez le coiffeur. Tessa se figea aussitôt.
« Euh... Les filles ? Je croyais que c'était des vêtements qu'on allait acheter...
-Ma très chère cousine, quand on dit relooker, c'est de la tête au pied, alors le coiffeur est une étape très importante, renchérie Maena.
-Dans quoi je me suis embarqué moi... » Céda la jeune fille.
L'homme qui s'occupa d'elle lui précisa alors qu'il ne fallait pas qu'elle lisse ses cheveux, qu'elle était très belle bouclé. Tessa eu du mal à le croire. Depuis toute petite elle avait détesté ses cheveux. Elle ne voyait pas pourquoi ça changerait... Il lui fit un léger dégradé, et coupa sa frange de côté pour la faire droite. Mon dieu ! A quoi allait-elle ressembler ? Elle s'attendait bien au pire. Surtout si c'était Maena qui avait choisie !
Mais quand le coiffeur lui donna un miroir, elle se trouva plutôt jolie.

***

« Hum... Le rouge ou le bleu marine ? Demanda Maena à Alya et Madyson en leur montrant deux hauts.
-Le rouge, répondit la première.
-Le bleu, déclara Madyson.
- On n'est pas sorties de l'auberge... Maugréa Tessa qui était assise dans un fauteuil.
-Mademoiselle je ne sais rien faire d'autre que de geindre, je te signale que c'est pour toi qu'on fait tout ça. Bon, on prend les deux. Bouge tes fesses Tess et sourit ! Nous ne sommes pas à un enterrement, bon sang ! Oh ! Mais regardes moi ces jeans ! On va t'en prendre un de chaque couleur, ce sera parfait ! »
Tessa leva les yeux au ciel. Une fois que Maena avait un objectif en tête, il était impossible de l'en lui faire changer. Pourtant, actuellement elle aurait beaucoup aimé qu'elle ne soit pas là, elle ne serait jamais allée dans ces boutiques. Au fond, cette journée n'était pas aussi génial ni désastreuse qu'elle ne l'aurait imaginé. C'était même plutôt drôle ; se dire qu'on changeait totalement, qu'on pouvait tout recommencer à zéro, être quelqu'un d'autre ou avoir une image inventée comme beaucoup en avait. Au fond, c'était ça que Tessa voulait. Le souhait de tout recommencer, de paraître semblable aux autres malgré nos secret, de pouvoir être une fille que les personnes regarde, être populaire, n'étais-ce pas le souhait de la plupart des gens ?
Le ventre de Mady grogna fortement. Elle mit ses mains dessus et se mit à rougir.
« Excusez-moi, mais j'ai vraiment faim, s'excusa-t-elle.
-Très bien, on met tout ça dans des sacs et on va trouver un endroit où manger. Tessa prends ces vêtements et va les essayer. Surtout dépêche toi, on n'a pas toute l'après-midi ! Il faut qu'on aille dans une boutique de lingerie, de chaussures et de cosmétiques aussi.
-Et bien, on en a encore des heures à passer ici... »

Une quarantaine de minutes plus tard, les quatre jeunes filles étaient attablées dans un restaurant et grignotaient leurs salades composées.
« Dis-moi, Tess... Quels sont tes objectifs après avoir fait tout ça ? Demanda Madyson.
-En fait, j'aimerais pouvoir mieux m'intégrer au lycée, j'ai aussi envie de reprendre le piano.
-Vraiment ? Mais c'est génial ! Qu'ont dit tes parents ?
-Ils l'ignorent et je n'ai pas envie de leur dire pour l'instant. J'ai encore besoin de réfléchir.
-Et pour ce qui est des garçons ? Lui demanda sa cousine avec un grand sourire.
-Euh... Et bien... Comment vous le dire ?
-Comment nous dire quoi ? S'exclama Alya.
-J'aime déjà quelqu'un, enfin je n'en suis pas sûr, je n'arrive pas à l'expliquer. C'est... Compliqué.
-Ben racontes-nous tout, la pressa Madyson.
-Très bien. Tu sais Maena, grand-papa et grand-maman ont un mobil-home dans un camping au Nord-Pas-de-Calais ?
-Oui, et ? »
Tessa prit une grande inspiration. C'était si dur d'avouer tout d'un coup ce qu'elle avait sur le c½ur. Mais si elle ne le faisait pas, elle n'aurait jamais d'aide. Pourtant elle en avait terriblement besoin.
-Et bien quand j'étais en sixième, je suis allée là-bas pour les grandes vacances. J'y ai revu mon amie Mégane qui m'a présenté son voisin. Il s'appelait Chris. On a beaucoup parlé ensemble, puis nous sommes devenues amis. Mais il me regardait en souriant sans arrêt et me faisait des sous entendus. La nuit, je rêvais de lui sans savoir pourquoi. C'est après deux semaines que j'ai compris que j'étais amoureuse de lui. Je lui ai avoué mes sentiments, il m'a avoué les siens et c'est comme ça que notre histoire a commencé. Les jours ont passés comme ça. A cette époque j'étais encore une fille qui ne connaissait rien à l'amour, je n'avais jamais rien fait ou presque. Alors, la plupart du temps on s'asseyait et on parlait, je ne l'avais jamais embrassé. Puis, la fin des vacances est arrivée et il fallait partir. Je lui ai promis de lui écrire des lettres, puis je l'ai embrassé avant de monter en voiture.
-Oh... C'est tellement mignon ! S'écria Madyson, le regard plein d'intérêt.
-C'est tout ? Demanda Alya.
-Non, déclara Tessa. Quand la rentrée a reprit, on s'est écrit. On n'a pas arrêté en fait. On était jeune et naïfs, on n'y connaissait rien. Enfin, il avait deux ans de plus que moi, mais il m'aimait tout de même. Le temps a passé et on ne pouvait pas vraiment se voir car j'avais décidé de ne plus aller au camping. Avec la distance, mes sentiments se sont atténués et je me suis persuadé que je ne l'aimais plus. Alors j'ai arrêté de lui écrire pendant quatre ans. Encore aujourd'hui, je ne lui ai jamais reparlé. Je suis retourné au camping l'année dernière, et j'y suis retournée dernièrement. En étant là-bas, je regardais sans arrêt l'endroit où nous nous installions et ça m'a fait mal, j'en ai pleuré. Vous savez quoi, je viens seulement de me rendre compte de ce que ça voulait dire. Je l'aime encore, à en mourir. Mais la seule question que je me pose c'est comment je peux reprendre contact avec lui en sachant que ça fait cinq ans que je ne lui ai pas donné de nouvelles ? »

20/04/2012


Quand deux personnes s'aiment vraiment la distance n'empêche pas leur histoire. Ce qui l'empêche c'est la peur. La peur de pouvoir aimer, mais davantage de ne pas voir, ne pas toucher, ne pas sourire. Les seules choses qui sont importantes. Pouvoir serrer celle que l'on aime dans ses bras, l'embrasser passionnément, la voir rire aux éclats. C'était de tout ça qu'Audran avait besoin, il voulait pouvoir faire toutes ces choses, les vivre au moins une fois dans sa vie. Mais aimer une fille à distance était-il un moyen préférable ? La distance n'était-elle pas la plus grande souffrance ? Attendre des mois, des semaines, des heures pour pouvoir voir celle que l'on désire, ce n'était que du temps inutile. Du temps perdu à souffrir énormément, à pleurer, à s'imaginer beaucoup de choses... Il pensait à ça depuis l'aube. Chad l'avait inscrit sur ce site spécialisé, mais il n'en voyait pas l'utilité. Il ne s'y connecterait pas, c'était décidé. Il ne voulait pas souffrir, il se le promit intérieurement.
Il l'ignorait encore, mais cette promesse allait être brisée. Il aimerait comme jamais auparavant. Pour le meilleur et pour le pire.

La porte d'entrée claqua brutalement contre le mur tandis que Tessa rentrait chez elle avec Maena sur les talons. Sa cousine posa tous les paquets sur la table et se laissa tomber dans le canapé en soupirant bruyamment.
« Et bien dit donc ! Moi qui croyais que c'était mission impossible, ce n'était pas aussi impossible que ça... Dit-elle.
-Pour toi c'est normal vu que tu choisissais tout ce qui te tombait sous la main. C'est moi qui devais tout essayer après, rétorqua Tessa.
-Oh ma pauvre chérie, c'est vrai que c'est très compliqué de se changer... Se moqua Maena. »
C'est en rigolant qu'elles montèrent tous les paquets dans la chambre de la jeune fille. Elles rangèrent toutes les paires de chaussures en bas de l'armoire, puis descendirent en bas laver à la main un t-shirt et un jean pour le lendemain. Elles mirent le tout sur le sèche-linge puis allèrent dans la cuisine se préparer des sandwichs.
« Je te trouve davantage plus classe comme ça, dit Maena en mâchant son pain.
-Merci.
-Maintenant que tu as un nouveau style, il va falloir changer ton comportement.
-Qu'est-ce que tu vas me faire faire encore ?
-Oh ! C'est juste quelques conseils...
-Vas-y je t'écoute.
-Pour commencer, tu dois te fabriquer une image.
-Me fabriquer une image, c'est-à-dire ?
-On sait très bien toutes les deux que personne n'est parfait. Pourtant, tu vas faire croire que tu es la fille parfaite.
-Je ne suis pas parfaite.
-Justement ! Mais on va le faire croire.
-Et comment ?
-C'est simple. Première étape, quand tu es assise ou debout, tiens toi droite et ne sois pas toute bossu. Numéro deux, essais de faire de l'humour, sois gentille avec les autres mais fait en sorte de ne pas devenir comme ces garces qu'on voit partout.
-OK. Ensuite ?
-Ensuite, montre-toi, participe à de nombreuses choses et fait en sorte que les gens te voient, qu'ils t'admirent. Pour ceux qui te demandent de l'aide, aide-les. Pour faire simple, montre leur toute la gentillesse que tu renfermes en toi depuis toujours. »
Tessa regarda sa cousine, puis la prit dans ses bras en la remerciant. Elle n'aurait jamais pensé que Maena puisse l'aider à ce point, mais elle s'était trompée.
La porte d'entrée claqua et la mère de Tessa entra dans le salon.
« Bonsoir les filles, alors comment s'est passé votre journée ?
-C'était super ! Nous avons fait de Tessa une vraie princesse !
-Oui c'est ce que je vois, cette nouvelle coupe te va à merveille ma chérie, déclara Abigail.
-Merci maman.
-De rien. Maena, tu restes dîner avec nous ?
-C'est très gentil mais je dois rentrer. Tessa, tu fais tout ce que j'ai dit, d'accord ?
-Oui, promis. »
Elles se baisèrent les joues affectueusement et Maena partit. Tessa soupira en souriant, sa cousine ne changerait donc jamais...
« Ma chérie, viens m'aider à mettre la table s'il-te-plaît.
-J'arrive maman. »
La jeune fille aida sa mère, puis ils dinèrent tous ensemble en regardant la télé. Quand la vaisselle fut terminé, Tessa monta dans sa chambre, prépara son sac de cours, se mit en pyjama et alla dans la salle de bain se brosser les dents. Sa s½ur débarqua et la poussa.
« Pousse tes fesses Tessa, tu prends toute la place !
-OK. Merci du compliment. »
Elle se peigna doucement les cheveux en grimaçant de douleur. C'était là toute la problématique des cheveux bouclés. Les peigner relevait presque de l'impossible.
Elle retourna dans sa chambre, s'assit sur son lit et relu ses cours. Depuis toujours, son travail scolaire avait une grande importance à ses yeux, elle voulait réussir, atteindre le niveau qu'elle s'était fixé depuis pas mal de temps pour pouvoir faire ce qu'elle souhaitait.
Elle rangea tout quand elle eue finit puis elle se prit à regarder son ordinateur. Maena l'avait inscrite sur ce site, mais elle n'irait pas. A quoi bon chercher ailleurs quand on aimait déjà quelqu'un ? Quoi qu'elle pourrait bien trouver quelques amis... Non ! Elle s'y refusait. Elle n'irait pas, ça elle se le promit. Pourtant, elle ignorait combien elle se trompait. Mais elle le saurait bien assez tôt.

Maena était dans sa chambre et venait d'avoir sa grand-mère au téléphone. Fière d'elle, elle nota le numéro que celle-ci venait de lui donner sur un papier puis le composa. Le garçon décrocha à la troisième tonalité.
« Allô ?
-Bonsoir, est-ce Chris ?
-Oui, pourquoi ?
-Je suis la cousine de Tessa.
-Tessa ?
-Oui. Elle m'a confié qu'elle aimerait reprendre contact avec toi. Elle n'est pas au courant que je t'ai appelé.
-Oh... Ça fait tellement longtemps ! Je ne m'y attendais pas du tout. Je suis content qu'elle ait décidé de me parler de nouveau. Quel est son numéro ?
-Je te le passe tout de suite... »

Tessa lut pendant un quart d'heure, puis elle se mit au lit. Elle éteignit la lumière et ferma les yeux. Elle s'endormit en pensant que demain serait un nouveau départ pour elle.

01/05/2012


Voici une musique que je vous conseil pour être dans l'ambiance : Celle-ci.

Le téléphone portable qui se trouvait sur la table de chevet se mit à vibrer et une forte musique commença à résonner dans la pièce. Tessa qui se trouvait emmitouflée dans sa couette pressa son oreiller sur sa tête. Se lever était toujours une horreur pour elle. A quoi bon aller travailler quand nous pouvions rester toute une journée au chaud dans notre lit ? Malheureusement, pas le temps de se rendormir, son téléphone sonna de nouveau mais cette fois c'était parce que Maena l'appelait.
« Quoi ?
-Et bien ! Je vois que madame vient de se réveiller. Laisse moi deviner, tu n'as pas attaché tes cheveux hier soir et tes cheveux ressemblent à un nid pour oiseau ? »
Tessa se leva, se regarda dans le miroir et se mit à sourire.
« Et là tu viens de te regarder dans le miroir pour confirmer ce que j'étais en train de te dire. Je me trompe ?
-Tu es irritante Maena...
-C'est histoire de bien te réveiller pour la rentrée.
-Bizarrement ça fait l'effet inverse si tu vois ce que je veux dire, grommela la jeune fille. Tu n'es pas censée être en train de dormir normalement ?
-Si mais comprend moi, je voulais te tenir compagnie jusqu'à ce que tu prennes le bus.
-Attends. Tu es en train de me dire que tu vas être au téléphone jusqu'à ce que je sois dans le bus ?
-Exactement, s'écria sa cousine.
-C'est ça, bye Maena. »
Tessa raccrocha en poussant un grand soupir d'exaspération. Comme elle le pensait depuis longtemps, sa cousine était bel et bien inchangeable. Désormais, on pouvait dire qu'elle était bien réveillée.
Tessa ouvrit ses volets puis laissa sa fenêtre ouverte avant de sortir de la pièce et de s'enfermer dans la salle de bain. Elle se doucha, alla chercher les vêtements que sa mère avait bien voulu repasser la veille puis passa le reste du temps à se coiffer et se maquiller. Quand elle regarda l'heure, elle se mit à crier en courant dans sa chambre. Elle attrapa son téléphone qui sonna de nouveau.
« Quoi ?! Cria-t-elle en cherchant une paire de chaussure convenable.
-Quelque chose ne va pas ? Demanda sa cousine.
-Quelle paire de chaussure je mets ?
-Les noires à talons et n'oublie pas mon conseil !
-Maena ! Je suis en retard je vais devoir courir je ne peux pas mettre ça !
-Si et magne-toi les fesses !
-Oh mon dieu ! »
Tessa enfila ces fameuses chaussures rapidement, toujours au téléphone et descendit dans l'escalier, elle prit une pomme dans le saladier, la mit dans son sac puis cria : « A ce soir ! ». Elle sortit en claquant la porte. Quand elle commença à marcher, son bus passa juste devant sa maison.
« Mon dieu ! S'écria-t-elle.
-Qu'est-ce qu'il y a ?
-Mon bus vient de passer, ma mère va me tuer si j'arrive en retard.
-Et bien cours ! »
Tessa enleva ses chaussures les pris dans une main et se mit à courir derrière son bus, pieds nus. Elle qui voulait se faire voir pour sa rentrée, elle gagnait le gros lot !
« Attendez ! Cria-t-elle. Attendez !
-Fais des signes ! Lui cria Maena »
Tessa réfléchis rapidement et, sachant qu'elle allait le regretter, balança sa chaussure qui alla s'écraser contre la vitre arrière du bus tandis qu'elle se remettait à courir. Le car s'arrêta aussitôt, elle ramassa sa chaussure, les remit puis monta à l'intérieur.
« Bonjour, dit-elle au chauffeur tandis que son visage devint cramoisi.
-Bonjour mademoiselle. Dites-moi, êtes-vous folle ?
-C'était la seule façon pour que vous vous arrêtiez alors...
-Hum... Drôle de façon... Aller, installez-vous, on va être en retard. »
Tessa s'installa à côté de Madyson qui la regardait en se retenant de rire.
« Voilà Maena. La prochaine fois, tes conseils tu peux te les garder.
-Oh, c'est bon. J'ai voulu t'aider. Bon, bye. »
Puis elle raccrocha. Tessa soupira et s'enfonça dans son siège.
« Et bien, tu commences bien ta journée ! Déclara Mady.
-Tu parles, c'est le pompon ! Je me suis tapé une de ses hontes...
-Mais non, j'ai trouvé ça plutôt drôle moi, lui dit-elle en souriant.
-Je devrais peut être faire comédienne, qui sait ? »
Elles rirent tandis que le bus s'arrêta devant le lycée.
« Bon, c'est parti pour une journée fantastique ! S'enthousiasma Madyson.
-Oui, j'imagine déjà les rumeurs... »
Elles sortirent du bus puis passèrent les immenses grilles du bâtiment. Tessa releva la tête en se tenant droite. Effectivement, désormais elle se lançait dans la gueule du loup.

***

« Audran ! Ma brosse à dent ! Cria sa s½ur.
-Qu'est-ce qu'il y a Tina ? Demanda-t-il en souriant »
Elle sortit de la salle de bain en claquant des pieds pour montrer sa colère et pointa sa brosse à dent vers lui.
« Traitre ! Avoue-le ! Tu as encore utilisé ma brosse à dent ! Bon sang Audran, tu es terriblement agaçant ! Combien de fois devrais-je te le dire ?
-Tant que je serais toujours sous ce toit... » Lui répondit-il en riant tandis qu'elle continuait à crier. Il descendit dans la cuisine, prit une banane qu'il avala rapidement, il alla prendre son sac puis sortit dans l'air froid du mois de Janvier. Chad arriva à ce moment là et lui fit signe.
« Salut...
-Salut, tu as l'air dans les vapes ? Demanda Audran en rigolant.
-Tu parles ! Hier Vanessa s'est ramené avec ses copines. Alors on s'est fait une petite fête mais on a bu, alors je te dis pas l'état dans lequel je suis...
-Inconscient va...
-Hey ! Arrête de dire ça. Dois-je te rappeler dans quel état tu étais la dernière fois qu'on a fait la fête, Audran ?
-Euh... Je ne préfère pas, j'ai été assez malade comme ça.
-Tu peux le dire ! Tu n'as pas arrêté de dégobiller pendant trois jours, lui dit-il en se mettant à rire.
-Oh c'est bon ! Le réprimanda Audran en lui donnant un coup dans les côtes.
-Aïe ! C'est bon, j'essayais de te rappeler cette merveilleuse anecdote.
-Pour toi peut être, mais pour ma part elle n'est pas fameuse. »
Ils riaient toujours quand ils entrèrent dans le lycée. Alors, toutes les filles qui se trouvaient dans la cour se retournèrent en souriant à Audran. Le jeune homme secoua la tête et regarda son ami.
« Et c'est reparti, soupira le jeune homme.
-Et ouais. Oh ! Regarde-moi cette jolie blonde ? Elle n'est pas sexy ?
-Tu es impossible Chad... »
La journée pouvait commencer et elle allait être terriblement longue...